Omakayas de Louise Erdrich

Publié le par Hélène

Omakayas de Louise Erdrich
L' école des loisirs, Médium/ 205 pages



http://www.ecoledesloisirs.fr/php-edl/images/couvertures/05544.gif

En langue Anishinabeg, Omakayas signifie Petite Grenouille. C'est le nom qu'on lui a donné parce que son premier pas a été un saut. Tout a un sens pour ce peuple Amérindien des grandes forêts du Nord. Au début de cette histoire, Omakayas n'a que huit ans, elle est joyeuse et insouciante, il lui manque deux dents de devant. Elle vit avec son père, sa mère, sa grand-mère fumeuse de pipe, et ses trois frères et sœurs sur l'île de Moningwanaykaning, l'île du Pic à poitrine d'or, sur le lac Supérieur. Son seul gros problème, c'est son frère Petit Pinçon. Elle le trouve insupportable. Il l'énerve, à brailler tout le temps, à mentir, à casser ses jouets, à l'empêcher de réfléchir. Elle ne sait pas encore que trois saisons plus tard, sa vie aura changé. Les esprits lui auront parlé et donné leurs pouvoirs, une corneille mystérieuse se sera laissée apprivoisée, une maladie terrible aura été apportée par les Chimookomanug, les Blancs, et c'est à elle, Omakayas, qu'il incombera de sauver sa famille. Y compris Petit Pinçon.



Je suis bien embêtée de donner mon avis sur ce livre. Je crois que honnêtement pour moi ce qui m'a le plus dérangé est d'être avant tout un livre pour enfant. J'ai été gênée principalement par les innombrables répétions, certains sujets reviennent sans cesse au fil des pages sans pour autant être traité de façon différentes. C' est un peu lassant au bout d'un moment. Ceci dit l'histoire en elle même est pas mal. Si je l'avais lu plus petite, j'aurais très certainement adoré. Avec des yeux d'adultes, je trouve qu'elle est pleine d'enseignement pour les enfants.

 

...................................




de Louise Erdrich, j'ai lu :

Love medicine, (mon avis)

Ce qui a dévoré nos coeurs (mon avis)

La malédition des colombes (mon avis)

Dernier rapport sur les miracles à Little No Horse (mon avis)

Omakayas (ci-dessus)

Le Jeu du silence (mon avis)

 

 

Commenter cet article