Sélection du prix Indiana 2009/ 2010 - Le Cantique de l' apocalypse joyeuse d'Arto Paasilinna

Publié le par Hélène

Le Cantique de l' apocalypse joyeuse d'Arto Paasilinna

Traduit du finnois par Anne Colin du Terrail

Denoël et d'Ailleurs / 324 pages


http://www.lexpress.fr/images/jaquettes/87/9782207258187.gif

 

De son vivant Asser Toropainen fut un communiste des plus virulent, bruleur d'église et de curé mais lorsque la mort approche se révolutionnaire recherche un moyen de se racheter face au ciel (ou de continuer)... Son testament charge donc son neveu Eemeli de créer la Fondation Funéraire Asser Toropainen et avec l'argent de la succession de construire la plus belle église de Finlande, en bois cela va de soi. Autour de l'édifice va bien vite s'organiser une communauté joyeuse, et alors que le monde sombre peu à peu dans une apocalypse planétaire (crise économique, explosion nucléaire, troisième guerre mondiale …), c' est un havre de paix sur les terres de la fondation.


Entre ressource mise en commun, retour au travail à l'ancienne de la terre, usage très libéral de la religion, ce livre nous présente une vision un brin communisme idéal. Bref on touche là à la politique et j'arrêterai donc mon commentaire.

Si je me retourne sur un strict point de vue littéraire, cette dernière lecture d'Arto Paasilinna fut une véritable déception. Certes il reste fidèle à lui même, le style est identique, il crée et accumule les situations toutes plus cocasses et surprenantes les unes que les autres. Seulement cette recette qui réussi tant dans ses précédents ouvrages tombe complètement à plat ici, on lit ce livre sans véritable jubilation. À la déception se succède rapidement la résignation; c 'est plat sans aucun des rebondissements que l'on apprécie tant chez cet auteur. Plus l'on avance dans la lecture plus il s'enfonce dans son délire, son incursion dans un monde apocalyptique est sans aucun intérêt et ne mérite guère de louange. Je n'y ai trouvé aucune invention, que peu de nouveauté, ajouté à cela un liant inexistant et les situations les plus cocasses (celles qui traitées autrement auraient pu être drôle) perdent alors tous leur intérêt potentiel. Un autre de mes regrets de lectrice porte sur les personnages qui ne font jamais et à aucun moment l'objet d'un minimum d'analyse psychologique, j'ai eu l'impression de ne jamais les connaître Comment vont-ils réagir, Pourquoi ? Cela restera le livre fini encore au stade des questions.

Sa première publication remonte en 1992, le roman n'a que très peu vieilli, malgré cela il raisonne à nos oreilles d'une drôle de façon. Ce roman nous fait réfléchir sur notre rapport au monde et à la nature mais c'est bien tout ce que je parviens à lui trouver....

Avis à tous ceux qui voudrait découvrir Arto Paasilinna, s'il vous plait éviter ce titre. 

 


Lu dans le cadre du Prix littéraire des blogeurs, voir les avis divergents de Liratouva et d'Alice qui l'ont déjà lu 

 


carte-livre-indiana.jpg

Commenter cet article

Alice 16/01/2010 08:32


Très chouette critique
Elle illustre vraiment ce que j'ai ressenti aussi à la lecture du livre!