Naufrages d' Akira Yoshimura

Publié le par Hélène

Naufrages d' Akira Yoshimura
Actes Sud, Babel / 192 pages




Isaku n'a que neuf ans lorsque son père part se louer dans un bourg lointain. Devenu chef de famille, le jeune garçon participe alors à l'étrange coutume qui permet à ce petit village isolé entre mer et montagne de survivre à la famine : les nuits de tempête, les habitants allument de grands feux sur la plage, attendant que des navires en difficulté, trompés par la lumière fallacieuse, viennent s'éventrer sur les récifs, offrant à la communauté leurs précieuses cargaisons. Sombre et cruel, ce conte philosophique épouse avec mélancolie le rythme, les odeurs et les couleurs des saisons au fil desquelles Isaku découvre le destin violent échu à ses semblables dans cette contrée reculée d'un Japon primitif.



C'est un livre qui m'aura mis sur un petit nuage. Isaku, jeune garçon habite dans un petit village de pécheur isolé le long de la côte japonaise. Lorsque débute ce roman après des années peu fructueuses la pauvreté est installé au village la famine menace pour sauver sa famille son père part se louer pour trois ans dans un bourg lointain. Isaku devient alors le seul soutien de sa famille, c'est à lui que revient désormais la lourde tache de pêcher, il sera aussi chargé par le chef du village d' une tache importante pour la survie de tous, prendre un tour de garde pour entretenir les feux qui vont servir par les nuits de tempête à sécher le sel mais également à faire venir près s'échouer près du village des navires en difficulté chargé de lourdes cargaisons.

C'est un roman intemporel, rythmé par les saisons de pêches, les bonnes années, les mauvaises, l' apprentissage, les pêches fructueuses, « les années à bateau »...
Une très belle histoire porté par une écriture épurée, on est bercé par les mots d' Akira Yoshimura.
Elle parvient peu à peu à faire monter la tension jusqu' aux drames, on ne peut certes pas dire que tout est bien qui fini bien mais c'est un conte dont je vais garder un très bon souvenir.


4,5/5



C'est un livre qui bien que dans un autre registre m'aura fait pensé au livre Le Riz de Shahnon Ahmad

PS : J'aime beaucoup l' image de couverture Very Happy

..................................

.............

D' Akira Yoshimura, j'ai lu :
La jeune fille suppliciée sur une étagère suivi du Silence des pierres (mon avis)
Liberté Conditionnelle (mon avis)
Naufrages (ci-dessus)

Publié dans Littérature du Japon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article