Le syndrome de Fritz de Dmitri Bartnikov

Publié le par Hélène

Le syndrome de Fritz de Dmitri Bartnikov
Noir sur Blanc 188 pages

 

 

 

Paris, rue des Thermopyles. Dans un squat d'émigrés, sur le lit défait d'une pièce glacée, un homme écrit à même son drap. Il convoque fébrilement sa mémoire pour recréer sa terre d'origine : la Russie. Cette invocation passe d'abord par le regard du jeune garçon sur une campagne dure, crue, intemporelle, faite de fantasmes et de déchirures. L'enfant obèse, protégé par son arrière-grand-mère aveugle, choisit la posture du bouffon pour affronter sa famille déjantée : un grand-père éternellement soûl, conteur hilare de fables morbides ; un père qui le hait et qu'il cherchera à étouffer de toute sa graisse lors d'une bagarre... C'est ensuite l'épreuve de l'armée, au fin fond de l'Arctique, un nouveau corps né des frustrations et de l'angoisse, et la découverte brutale d'un monde exclusivement masculin. C'est aussi une langue, âpre, dense, charnelle, où la dérision et l'humour s'unissent au désespoir, et dont les images saisissantes emmènent le lecteur sur les bords d'un gouffre. Un voyage intérieur, dont le sulfureux louri Mamleev écrit, dans la préface à l'édition russe, qu'il fait pénétrer dans le secret de l'âme humaine - et, tout à la fois, dans la cruauté et la beauté du monde.


Une lecture très étrange et captivante par son univers. Nous sommes dans le monde du narrateur un monde où le réel s'entremêle aux rêves et aux souvenirs. L'écriture et le style évolue au fil des pages collant parfaitement à l'état d'esprit du narrateur. C'est un roman assez dur, dans un monde rude ou chaque personnages présentent des caractères bien différents mais ou la bonté et l' amour ne sont pas les traits principaux, heureusement de brefs instants de bonté, de bonheur, des anecdotes drôle allègent l'ambiance sombre du texte.
Une très belle découverte et un auteur que je relirai avec plaisir.
 

4,5/5

 

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

 


Disponible également au format poche, Phébus Libretto 

Publié dans Littérature russe

Commenter cet article