Le Paradis -un peu plus loin de Mario Vargas LLosa

Publié le par Hélène

Le Paradis -un peu plus loin de Mario Vargas LLosa
Folio / 608 pages




Le 7 avril 1803 naît à Paris la militante féministe et ouvriériste Flora Tristan, fille d'un officier péruvien au service du Roi d'Espagne et d'une bourgeoise parisienne. Un siècle plus tard, le 8 mai 1903, son petit-fils, Paul Gauguin, meurt seul et presque aveugle dans sa case des îles Marquises. Le curieux rapport entre les deux dates, tout comme les liens de parenté entre le peintre et l'activiste politique, ne sont ici que le point de départ d'un récit qui met en scène leurs vies parallèles et leur destin commun. Sous la plume de Mario Vargas Llosa, Flora Tristan et Paul Gauguin deviennent Flora et Paul - Florita l'Andalouse et Koké le Maori -, deux êtres libertaires, passionnés et profondément humains, mais hantés par une quête de l'absolu qui leur donne une dimension tragique. Ils iront jusqu'au bout de leurs rêves et ils paieront cher leur audace. Pourtant, leur chute semble aussi admirable que leur envol, car elle est porteuse d'espoir. Ce roman nous dit que le paradis qu'ils cherchaient se trouve toujours un peu plus loin, mais il le fait dans une langue qui nous le rend très proche : celle des grandes utopies politiques et artistiques qui ont marqué les temps modernes.


Plus je découvre les ouvrages de Mario Vargas Llosa est plus je suis séduite.
Le paradis -un peu plus loin fait partie des livres parmi les plus accessible que j' ai eu l' occasion de lire jusqu' à présent. Accessible certes et très intéressant, portrait croisé entre une femme Flora Tristan, dans ce Paris des années 1820/1840, elle fut une figure marquante du féminisme et du débat social de cette époque et cent ans plus tard son petit fils, le peintre Paul Gaugin.
Une lecture agréable et très enrichissante, on apprend beaucoup sur Flora Tristan, sur Paul Gaugin, sur leurs siècles, leurs passions, sur la genèse de certains tableaux méconnus. C'est peu à peu que l' on prend conscience des liens (autre que familiaux) qui relie ces deux figures marquantes. L' histoire essouffle par moment mais sans lasser son lecteur.

5/5






PS
: Je pense que c'est un très bon titre pour découvrir Mario Vargas Llosa

Publié dans Littérature du Pérou

Commenter cet article