Le cabaret des oiseaux d' André Bucher

Publié le par Hélène

Le cabaret des oiseaux d' André Bucher
 (Sabine Wespieser Éditeur / 188 pages)






Dans la cour d'une ferme isolé en plein coeur de la montagne française deux repris de justice vont tuer la mère de Tristan sous les yeux de l'enfant, le jour de ses 6 ans.

L'histoire qui débute ainsi est un long blues, une plongé dans la solitude et le monde magique créé par cet enfant. Tristan se rappelle ses promenades dans la montagnes, les oiseaux et les arbres de son enfance, il explore ses rêveries, il reviens sur son adolescence secrète. À 19 ans, à sa sortie de prison, toujours plongé dans la nostalgie, il va revenir pour nous et pour lui sur son passé et sur le crime dont il 'est rendu coupable.



Tristan Trist(e) temps

C'est une histoire délicate ou l' émotion est à fleur des phrases. C'est un véritable bijou de sensibilité. Écrit dans une langue magnifique, André Bucher n'hésite pas à jouer avec les mots. Il mélange les sens et les sonorités, à l'exemple du père qu'il écrit ainsi : re-père, allusion au rôle nouveau  de seul balise ou repère que lui confère vis à vis de Tristan la mort de la mère.
Sous la plume d'André Bucher les mots savent aussi ce faire doux, protégeant l'enfant de la réalité violente de la vie. Ainsi Maryse la belle-mère venait ''des hommes, des bars et du froid'' et
l'enfant qui éprouve d'importante difficultés à prononcer les f  voit le cafard devient canard dans sa bouche « et si elle trouvait que je tardais à le plumer, '' C' est normal'', je répondais, '' je plume la tristesse''. »
Les dernières pages de ce livre sont vraiment remarquable. Ce livre n'est pas une plainte, c'est une prise de conscience des difficultés de la vie au travers d' une histoire qui se répète mais dont nous lecteur ne connaîtrons jamais tout les tenants et aboutissants. On demeure dans le vague sans que cela ne nous gène.
Dur et poignant, ce livre nous plonge une délicieuse mélancolie...

Ma note : 4,75/5




André Bucher

Commenter cet article