La Princesse effacée d' Alexandra de Broca

Publié le par Hélène

La Princesse effacée d' Alexandra de Brocaekej8v0t
Robert Laffont / 373 pages





Quatrième de couverture :
Paris, 1795. Tandis que la France émerge de la Terreur, une jeune fille de seize ans demeure enfermée à la prison du Temple, oubliée de tous.
Elle n'est autre que Marie-Thérèse de France, fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette, morts sur l'échafaud. Afin d'améliorer ses
conditions de détention, les nouveaux dirigeants dépêchent auprès de la jeune prisonnière une femme aux origines modestes, Renée Chantereine. A chacune de ses visites, Chantereine découvre une jeune fille au bord de la folie. Avec patience et persévérance,
elle aide la princesse à répondre aux questions qui l'obsèdent : pourquoi a-t-elle été emprisonnée sans jugement? En quoi est-elle
coupable du crime de ses parents? Et surtout, parviendra-t-elle un jour à pardonner? La Princesse effacée est le premier roman consacré à Marie-Thérèse de France, unique rescapée de la famille royale. Il décrit l'intimité et la fragilité d'une jeune femme complexe, meurtrie par le destin et oubliée de l'Histoire.




J'ai suivi les yeux presque fermés les conseils d'un libraire, après lecture je n'ai aucun regret. J'ai tout simplement adoré ce Roman Biographique. Tout juste aurait-il pu me prévenir que cette lecture pouvait s'avérer aussi difficile à reposer une fois entamée !

Ce roman biographique est consacré à Marie-Thérèse de France plus connu dans son enfance sous le titre honorifique de Madame ou Madame
Royale. Marie-Thérèse de France est né le 19 Décembre 1778 à Versailles. Elle est la fille aînée de Louis XVI et de Marie-Antoinette d' Autriche, surnommé Mousseline la Sérieuse par sa mère. Elle sera le seul enfant du couple royal à sortir vivant de la Révolution de 1789. Emprisonné avec ses parents, son frère ainsi que sa tante paternelle Madame Élisabeth, le 10 août 1792 à la prison du Temple, les deux enfants seront tout d'abord préservé. Avant que le 21 janvier 1793 son père ne fusse guillotiné puis sa
mère le 23 Octobre de la même année. Les deux enfants et leur tante seront alors séparés et isolés les uns des autres.

Le roman débute en 1795 soit environ deux ans après la disparition de Louis XVI et de Marie-Antoinette d'Autriche, Marie-Thérèse vit en
prisonnière recluse dans sa cellule du Temple. Elle ne sait rien des événements de l'année écoulé; elle ne sait rien et on l'apprendra plus tard pas même la mort de son petit frère ni celle de sa tante. Des raisons politiques poussent alors les nouveaux dirigeants de la république à adoucir les conditions de rétention de leur illustre prisonnière qui peu à peu sombrer dans la folie.
C'est à une femme du peuple Renée Chantereine qui visitera la jeune fille. Peu à peu une étrange amitié se tisse, ensemble elles rédigeront les souvenirs de la Princesse.

Inspiré de faits réels, ce livre qui n'est en aucun cas une biographie mais bien un roman qui nous emporte dans des méandres assez peu connus de la Révolution de 1789. Et si le début du récit nous laisse un peu dans l'expectative, on oublie bien vite nos réticences pour se laisser prendre au jeu. J'ai particulièrement aimé la voix qu' Alexandra de Broca donne à l'enfant Mousseline. On l'a voit grandir, on suit ses pensées et l'on comprend mieux l' attitude distante, qui lui aura value bien des pamphlet et critiques, qu' elle aura lors de son retour d'exil vingt-ans plus tard à la Restauration en 1814.
Encore enfant lorsque la Révolution éclata, elle n'avait alors de ses parents qu' une vision d'enfant une vision de la tendresse et de l'amour dont ils entouraient leurs enfants. Elle restera marqué à jamais par ''l'inconstance'' du peuple de Paris, ceux qui ont guillotiné sa famille et qui aujourd'hui accueille le retour de la monarchie en fête. Alors même si la raison d'État le veut elle éprouvera toute sa vie durant d'énorme difficultés à se montrer ouverte et intéressé envers ce peuple.
Au delà, c'est également l'histoire d'une très belle amitié improbable entre deux femmes de milieux très différent. Alexandra de Broca parvient à garder une certaine distance avec son personnage, il n'y a pas excès et elle réussi à ne tomber ni dans le pathos ni dans un sentimentalisme mal venu. Elle analyse des faits sans se laisser aller à des interprétations hasardeuses de l'Histoire. Les romans biographiques sont de vrai numéro d'équilibriste celui-ci est à la fois très beau et très réussi.


5/5coupdecoeur2

Marie-Thérèse de France, peint par le peintre Alexandre-François-Marie Caminade en 1827

 

.....................................................................

 

 

 

Première lecture

Commenter cet article

A-little-bit-dramatic 09/02/2012 10:25

Un bon roman...On ne parle pas beaucoup de Marie-Thérèse de France et pourtant, elle a eu un destin tragique et qui mérite d'être raconté...

Ce roman d'Alexandra de Broca, que j'ai lu il y'a un an, m'a laissé des grands souvenirs. J'ai vraiment apprécié le style de l'auteure et la façon dont elle racontait l'histoire de cette jeune
fille pas épargnée par la vie.
Une belle découverte.

George 18/09/2011 16:45


je viens de découvrir un peu plus ton blog, intéressée par tes avis, et je me suis particulièrement arrêtée sur ce roman qui me tente beaucoup et que je ne connaissais pas, donc merci pour la
découverte, et à bientôt sans doute !


Charlye 10/09/2011 18:25


J'avais lu , il y a pas mal de temps une biographie qui parlait de son petit frère. Mais je suis très intéressée par le destin de cette petite fille assez méconnue .Cette chronique m'a donné envie
de lire ce roman. Je le note dans ma wish-list.


Hélène 11/09/2011 18:46



J'espère de tout coeur qu' il te plaira. C'est vrai qu' elle a été mise aux oubliettes de l' Histoire.


 



Lynnae 10/09/2011 15:53


Je ne connaissais pas, mais ça a l'air vraiment intéressant ^^


Hélène 11/09/2011 18:43



oh, oui ça l'est !



Emeralda 09/09/2011 14:32


Voilà un livre qui est sur ma wish-list et qui va remonter tout en haut !


Hélène 09/09/2011 18:29



moi aussi, il a trainé un peu dans ma pal. Je le regrette presque !