La Guerre des trois Henri, T1, Les rapines du Duc de Guise de Jean D'Aillon

Publié le par Hélène

La Guerre des trois Henri, T1, Les rapines du Duc de Guise de Jean D'Aillon

Livre de Poche / 572 pages

 

http://www.renaud-bray.com/ImagesEditeurs/PG/1115/1115333-f.jpg

 


Présentation de l'éditeur :

1585. Après trente ans de guerre civile et le massacre de la Saint-Barthélemy, la France est plus divisée que jamais. Trois Henri se disputent un trône à l'équilibre fragile. Henri III veut garder sa couronne, mais n'a pas d'héritier. Henri de Navarre, le protestant, tient à faire valoir ses droits, mais Henri de Guise, l'ultra-catholique, refuse de laisser un huguenot régner sur la France. Sous la direction d'Henri de Guise, la Ligue organise un vaste rapinage de l'impôt de la taille, afin de lever une armée catholique. C'est en recherchant l'assassin de son père, contrôleur des tailles, qu'Olivier Hauteville va croiser la route des ligueurs. II rencontre également Cassandre, une jeune protestante qui a bien des raisons de s'intéresser à cette enquête... Le premier volume d'une trilogie consacrée aux guerres de Religion.

 

 

Mon avis :

Pour moi qui adore les Romans historiques qu'il soient policier ou autre, j'avais évidement entendue parler de Jean d'Aillon sans avoir, cependant, pris le temps de m'arrêter sur son oeuvre. C'est chose faite grâce à ce partenariat avec Le Livre de Poche, toujours dégotté par Belledenuit qui se donne sans compter pour le forum Au travers des mots.  Un immense merci à vous.

 

Ce livre fut pour moi une très très belle découverte. C'est avec un réelle plaisir que j'ai suivi les aventures des personnages qu'ils aient réellement existé ou qu'ils fussent plus simplement issus de l'imagination de l'auteur. J'ai trouvé ce roman remarquablement bien intégré dans une époque historique assez peu connu de nos jours et dont on a bien souvent beaucoup de difficulté à appréhender chacune de ces composantes. Bien que Jean d'Aillon ne soit pas un historien de formation, on sent toute sa passion dans ce premier tome, il défriche pour nous, rend accessible.

L' intrigue purement historique est très intéressante et s'il y a à mon sens un endroit par où pèche ce roman c'est sans conteste par son intrigue policière qui est assez faible. Les enquêtes sont entrecoupés par de trop long intermèdes qui bien qu' intéressant, rendent la lecture hachée et malaisée.

Le roman débute lentement, il faudra attendre 150 pages avant de s'apercevoir que les pièces du puzzle dispensés par les intermèdes ne se mettent en place progressivement et trouvent tous leurs intérêts. Rétrospectivement si cette absence de lien, je ne voyais pas trop où Jean d'Aillon voulait en venir, a pu me gêner au début, je trouve qu' elle a permit de bien définir les personnages nombreux, leurs caractères et le contexte historique. Le décor nous est d'abord tracé avant de retracer les relations entre les différents personnages et leurs conséquences.

C'est une intrigue saisissante de complexité notamment par l'abondance de ses personnages nous les présenter un a un n'était pas forcément une si mauvaise idée. Nous ne sommes après tout que dans le premier tome consacré à ce que Jean d'Aillon nomme La Guerre des Trois Henri.

Malgré ses quelques défauts, à un moment la magie à opérer, j'ai été captivé reprenant ma lecture au moindre instant de libre.

J' y ai retrouvé tout ce que j'aime, le plaisir de lire et de découvrir sous un angle particulier ses années charnières pour le Royaume de France. Je me suis d'ailleurs empressé de combler le sentiment de vide de la dernière page en me procurant la suite, le T2 La guerre des amoureuses.

 

Encore merci au Livre de Pochelogo_le_libre_de_poche.jpg et à Belledenuit.

 

.............................................

 

 

 

 

Commenter cet article