La ballade de la vierge / La ballade d' Iza de Magda Szabo

Publié le par Hélène

La ballade d'Iza de Magda Szabo
 
lu sous le titre de La ballade de la vierge
(Seuil/ 267 page)








Après le décès de son père, dans un village de la campagne Hongroise, Iza invite sa mère, désormais veuve, à venir habiter avec elle dans son appartement à Budapest. Iza est une femme irréprochable, un modèle de piété filiale. Cependant lentement la façade se fissure, découvrant une angoisse sans fin de la souffrance et de la douleur, muré dans une logique de contrôle absolu et surtout convaincu de faire au mieux elle va ôté petit à petit à sa mère toutes les petites activités du quotidien qui auparavant pouvaient rythmer la vie de la vieille dame.



Tout comme le précédent roman que j'ai pu lire de Magda Szabo celui-ci m'a laissé des impressions assez proches de celle ressenties à ma lecture de « La porte ». Ainsi, j'ai eu également quelques difficultés à rentrer dans ce roman mais peu à peu je me suis fait happer par l'histoire, heureusement que j'ai résisté à mon envie première de l'abandonner.
Bien que ce ne soit pas livre le plus connus de Magda Szabo, il possède une qualité littéraire indéniable. Sur un sujet rarement traité en littérature, j'ai lu un livre délicat, tout en dentelle où les phrases sont imprégnées de la tristesse de cette vieille femme qui voit ses rêves s'enfuir et qui laisse la vie partir. Bâti autour d'un immense quiproquo, cette relation mère- fille en est presque étouffante, elles se croisent sans jamais chercher à se comprendre. Peu à peu le livre prend de l'ampleur, accrochant délicatement et lentement le lecteur à l'histoire, il se laisse envahir par une tristesse et une solitude sans fond. L'écriture toujours aussi simple et sobre se teint d'un peu de désuétude rendant le livre peut-être difficile à lire. Cependant et même si sa lecture m'a demandé beaucoup d'attention, je ne la regrette absolument pas. Les livres de Magda Szabo font parties de ces rares livres qui arrivent à m'extraire de mon quotidien et du présent; à sa lecture je suis ailleurs dans un monde à part, détachée des contraintes et des aléas de la vie, je laisse dehors tous les petits tracas...

Ma note :  4,75/5

Commenter cet article

Schlabaya 08/12/2010 14:34


Beau roman, et bel article. J'ai aussi beaucoup apprécié cette histoire, et le fait que la romancière s'abstienne de tout jugement, et nous laisse naviguer entre les différents points de vue.