L' Homme qui savait la langue des serpents d' Andrus Kivirähk - Attention ce livre est un petit bijou.

Publié le par Hélène

L' Homme qui savait la langue des serpents d' Andrus Kivirähkekej8v0t
Attila, Collection Lupin / 421 pages





Voici l'histoire du dernier des hommes qui parlaient la langue des serpents, de sa sœur qui tomba amoureuse d'un ours, de sa mère qui rôtissait compulsivement des élans, de son grand-père qui guerroyait sans jambes, de son oncle qu'il aimait tant, d'une jeune fille qui croyait en l'amour, d'un sage qui ne l'était pas tant que ça, d'une paysanne qui rêvait d'un loup-garou, d'un vieil homme qui pourchassait les vents, d'une salamandre qui volait dans les airs, d'australopithèques qui élevaient des poux géants, d'un poisson titanesque las de ce monde et de chevaliers teutons un peu horrifiés par tout ce qui précède.

Peuplé de personnages étonnants, empreint de réalisme magique et d'un souffle inspiré des sagas islandaises, L'homme qui savait la langue des serpents révèle l'humour et l'imagination délirante d'Andrus Kivirhk. Le roman, qui connaît un immense succès en Estonie depuis sa parution en 2007, retrace dans une époque médiévale réinventée la vie d'un homme qui, habitant dans la forêt, voit le monde de ses ancêtres disparaître et la modernité l'emporter. Une fable ? Oui, mais aussi, comme le souligne dans une postface bien renseignée le traducteur, un regard acéré sur notre époque.




Un drôle de roman, curieux et stupéfiant sous ses allures de contes ou de fables proche des mythes se dissimule de très nombreux parallèles avec le monde et la société contemporaines. On est pris dans le récit, bousculé parfois par l' univers surprenant, on y croise des ours amoureux, une famille de serpent, des loups tous attachants et touchant. On avance de surprise en surprise, désarçonnant, mais terriblement agréable à lire.
Un livre qui a de bonne chance de figurer dans mon Top 3 2013


5/5
Un grand merci à Libfly
Livres en ligne, Libfly, la bibliothèque communautaire
et aux Éditions Attila pour cette découverte

Commenter cet article