Au détour d'une province de solitude et de tendresse - Whisky et paraboles de Roxanne Bouchard

Publié le par Hélène

Whisky et paraboles de Roxanne Bouchard
Typo Roman / 282 pages
Prix Robert-Cliche 2005
Grand Prix de la Relève littéraire Archambault 2007








Dans le but d'oublier son passé et refaire sa vie, Élie, femme au début de la trentaine, quitte tout pour se réfugier au fond des bois. Sa vie, qu'elle souhaitait tranquille et isolée, se retrouve vite perturbée par Agnès, une fillette de 8 ans  en mal d'amour. Maltraitée par sa mère, elle s'attache immédiatement à Élie; ou peut-être est-ce Elie qui s' accroche à elle. Il y a aussi Richard le voisin chanteur incapable de s'investir en amour par peur du danger et de l'inconnu, l' amérindien qui n'a plus de chez lui, rejeté par son peuple et en marge de la société des blancs et bien d'autre personnages cherchant eux aussi une petite part d'affection.



J'ai eu un peu de mal au début de ma lecture, dérouté principalement par les envolés lyriques en pur québécois. Se comprendre demandant toujours de faire quelques efforts, je me suis jetée à corps perdu dans l'histoire et puis peu à peu le charme a opéré. J'ai complètement été conquise par cette lecture, c'est un roman magnifique où le trop plein de tendresse et d'amour déborde des phrases. Les personnages grandissent lentement, ils gagnent en épaisseur et en humanité. On s'attache, on compatis, on les accompagne pendant près de 300 pages sans jamais se lasser. Entre eux tous  c'est peut-être le chanteur Richard qui m'a le plus touché. Au bord de la folie, sa maison devient un temple où la dévotion à sa personne s'exprime en collectionnant sans jamais les ouvrir les centaines et les centaines de lettres d'amour qui lui sont adressées. Caché derrière un décors simple c'est une histoire complexe où les hommes se réunissent autour d'une fuite éperdue face au blessure de la vie.
Je le relirai sans hésitation, en tentant d'y retrouver le même plaisir.
Un roman qui vous met du baume au coeur et dont je me souviendrai longtemps...

Ma note : 4,75/5




Roxanne Bouchard





3/120

Publié dans Littérature du Canada

Commenter cet article