Le maître a de plus en plus d'humour de Mo Yan

Publié le par Hélène

 Le maître a de plus en plus d'humour de Mo Yan
(Édition du Seuil / 108 pages)





Où quand il faut nourrir sa famille …

Ding Shikou a travaillé toute sa vie à l'usine de fabrication de matériel agricole de la ville, licencié à un mois de l'âge de la retraite fixé par l' État. Lui et sa femme vont très vite se retrouver à sans le moindre yuan en poche.
« -Un homme qui ne peut pas gagner d'argent pour sa famille, c'est comme une femme qui ne peut pas avoir d'enfants, impossible de garder la tête haute devant les autres ! » p50/51
C'est sur cette maxime que certain d'entre vous pourrons juger hors d'âge que Ding Shikou annonce à son ancien apprenti Lü Xiaohu, l'idée qu'il vient d'avoir. Les deux complices vont démarrer leur petite entreprise ...


C'est un petit texte qui vous met le sourire aux lèvres pour le reste de la journée. Au travers d' un conflit de génération, Mo Yan nous livre ici une critique déguisé de la société chinoise.
Le style est totalement différent des autres textes que j'ai pu lire de lui, plus simple, plus épuré, les mots servent avec précision pour illustrer l' histoire. Agréable et facile, il peut se lire au premier comme au second degré..

Ma note : 4/5
 

 

......................................................

 

 

De MO Yan, j'ai lu : 

Le maître a de plus en plus d'humour (ci-dessus)

Le Radis de cristal (mon avis)

Le déluge (mon avis)

Le clan du Shorgo (mon avis)

Grenouilles (mon avis)

Publié dans Littérature chinoise

Commenter cet article

le Bison 29/12/2011 19:15

De l’humour et de l’émotion ponctuent joyeusement ce « léger » roman au milieu d’une profonde et acerbe critique du néo-capitalisme chinois. En plus de me divertir avec son esprit fallacieux et
tendancieux, Mo Yan dénonce subtilement l’économie socialiste de marché de son pays... Loin de ses grandes épopées ce court roman en est tout aussi délicieux...