La ville de Pierre de Guo Xiaolu

Publié le par Hélène

La ville de Pierre de Guo Xiaolu
(édition Philippe Picquier/ 221 pages)






Corail rouge a eu une enfance difficile, orpheline de mère, abandonné par son père elle fut élevée au bord de l'océan par ses grands-parents paternel à Shitouzhen, la ville de Pierre. Crand-mère vit seule au rez de chaussée, grand-père lui habite l'étage, elle grandit dans cet univers de silence et de solitude enfouissant au plus profond de son âme un terrible secret. Depuis elle a trouvé refuge dans un immeuble de 25 étages de la banlieue pékinoise avec son ami Zhuzi un passionnée de frisbee. 
Lorsqu'un colis contenant un énorme anguille séché arrive un matin à la poste, c'est la petite fille de sept ans qui va revivre. 


C'est un livre agréable à lire mais dont je ne pense pas que je conserverais un souvenir impérissable. Il s'y passe beaucoup de chose, un peu trop à mon goût, les histoires s'accumulent sans vraiment s'enrichir. Ainsi je me suis demandée ce que venais faire le père, réapparaissant de nul part au dernier tiers du livre. J'aurais préféré de loin que Guo Xiaolu se concentre la partie la plus intéressantes de son histoire, l'enfance de l'héroïne.
Les allers et retour entre passé et présent se distinguent par le style de l'écriture, dur et violente lorsque nous sommes dans le présent de Corail Rouge, tout en gardant sa part violente, elle se fait plus douce et poétique au passé.
Je ne regrette pas ma lecture mais ce n'est pas un coup de coeur …

Ma note : 3,5/5





Guo Xiaolu

Publié dans Littérature chinoise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article