Mangez-le si vous voulez de Jean Teulé

Publié le par Hélène

Mangez-le si vous voulez de Jean Teulé
Roman Julliard / 129 pages




En 1870, dans le village de Hautefaye se déroule un fait divers horrible et tragique. Alors qu'Alain de Moneys récemment élu au conseil municipal à l'unanimité des votants se rend à la foire de Hautefaye le village voisin, sur un malentendu la foule devenue folle le prend à partie. L'hystérie collective prend de l'ampleur, il est frappé, lynché, torturé. On veut le pendre, on  l'écartèlera avant de le brûler vif et de le manger...




Ce livre est le récit d'un fait divers ayant réellement eu lieu. J'ai un avis un peu  mitigé sur ce livre.
Certes ce qui y est écrit et décrit est tout simplement horrible et révoltant par contre je ne suis jamais réellement entré dans l'histoire. Je n'ai pas eu le temps de m'attacher à Alain, le drame arrive trop vite. Du coup et au risque de vous paraître insensible, j'ose dire que je n'ai pas été touché plus que cela par le crime collectif dont Alain de Moneys a été la victime.
Malgré ça il y a au delà de ce fait divers dont la retranscription sous forme romanesque m'a laissé plutôt indifférente, une démonstration globalement complète des ressorts qui vont animer cette foule.
Pour moi, c'est un livre qui gagne à être lu au second degré. Bien que basé sur un fait divers historique, je rapprocherai plus ce livre de ses romans « Darling » ou « Le magasin des suicides » plutôt que de ses récits biographiques (« O Verlaine », « Je, François Villon », « Raimbow pour Rimbaud », « Le Montespan »).
C'est une demi déception pour moi mais je continuerai à suivre l'actualité de cet auteur en espérant que les textes suivants me plaise plus...

Ma note : 3,25/5



Quand l' histoire commence :
«Les poursuivants reviennent. Après avoir repassé le muret de pierre sèches, ils scrutent autour d'eux. De Monéys se dirige en riant et en claudiquant dans leur direction :
 -Eh, bien mes amis, que ce passe-t-il ?...
-C'est votre cousin, explique un colporteur. Il a crié : ''Vive la Prusse ! ''
-Quoi ? Mais non ! Allons donc, j'étais auprès et ce n'est pas du tout ce que j'ai entendu. Et puis je connais assez de Maillard pour être bien sûr qu'il est impossible qu'un tel cri sorte de sa bouche : ''Vive la Prusse'' … Pourquoi pas '' A bas la France ! '' ?
- Qu'est ce que vous venez de dire, vous ? » (…) p30

Commenter cet article

dissertation 13/10/2009 09:51


Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!