Love de Toni Morrison

Publié le par Hélène

Love de Toni Morrison

Christian Bourgeois éditeur / 305 pages
Prix Nobel de Littérature en 1993





Quatrième de couverture : "May, Christine, Heed, Junior, Vida – et même L – sont des femmes obsédées par Bill Cosey. Cosey incarne leurs désirs de père, mari, amant, protecteur, ami, désirs qui dominent les vies de ces femmes bien après sa mort. A la fois le vide et le centre de leur histoire, puissant, charismatique, ombrageux, monstrueux, il est lui-même guidé par de sombres forces – un passé trouble et une femme inoubliable, nommée Celestial.
Depuis plus de quarante ans, l’hôtel est abandonné et la villégiature sous l’eau, mais Christine et Heed, désormais âgées, liées par la jalousie et la douleur de toute une vie, sont toujours les femmes Cosey, « aussi différentes que le miel de la suie », lorsque Junior fait irruption dans leur existence avec ses minijupes et ses grandes bottes et une certaine lueur dans les yeux…"






Voilà un livre qui me laisse perplexe, c'est le premier livre que je lis écrit par Toni Morrison et je dois dire que j'ai vraiment été dérouté par son écriture. Les portraits de femme se croisent et s'entrecroisent autour de la figure d'un même homme qui fut pour l'une un mari, l'autre un père, un amant, un ami ...etc
J'ai mis beaucoup de temps avant de réussir à imbriquer correctement les différentes pièces des témoignages, je ne comprenais pas grand chose aux rapports entretenues entres elles enfin avant les pages 200. Une petite explication dans le style des pièces de théâtre m'aurait été bien utile, par exemple : May, femme de … fille de … mère de ... / Heed, femme de …
L'écriture complexe m'a également obligé à quelques aller retour en arrière, histoire d'être sûr de la personne qui raconte.
Mais au delà de cette impression de brouillon, étonnamment dès les premières phrases je me suis laissé emporté par l'atmosphère de tension, de rancoeur, de passion et de mystère si bien recrée par
Toni Morrison. J'ai été conquise par sa narration où j'ai vu se refléter les différentes facettes de l’amour, elle n'hésite pas à faire passer ses personnages de l’envie au désir, à l’obsession, à la langueur. Ce roman, c'est le cycle autour d'un premier amour indélébile, un amour qui nous emporte et nous marque pour toujours.
J'ai aimé ces portraits de femme même si le puzzle trop lent à se former m'a quelques peu gâcher ma lecture...


Ma note : 3,25/5



Toni Morrison




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article