Compartiment pour dames d'Anita Nair

Publié le par Hélène

Compartiment pour dames d'Anita Nair

Édition Philippe Picquier/ 321 pages









À près de 45 ans, Akhila décide de faire le point sur une vie qu'elle n'a pas l'impression d'avoir vécue. Un soir elle part, direction l'extrémité sud de l'Inde là où se rejoignent l'océan Indien, la baie du Bengale et la mer d'Arabie. Dans ce train elle fait la connaissance des cinq autres femmes en compagnie desquelles elle va voyagé. De confidence en interrogation, elle va essayer de répondre aux questions qui la taraudent depuis plusieurs années...



Des extraits :

« C'est ainsi depuis toujours ; l'odeur d'un quai de gare, la nuit, fait naître en Akhila l'envie de s'évader. (…)
Akhila en a souvent rêvé. De faire partie de cette houle qui se déverse dans les compartiments et s'installe sur les sièges, qui range les bagages et tient se tickets bien sérrés dans sa main. De s'asseoir dos au monde qu'elle connaît, les yeux tournés vers celui qui l'attend. De partir, s'enfuir, s'en aller. D'un train qui entre dans une gare, sifflant, soufflant, crachottant. Akhila est assise à la fenêtre. Rien ne bouge sauf le train. La lune, accrochée à son épaule, l'accompagne. (…)
Akhila est de ces femmes-là. Celles qui font ce que l'on attend d'elles et qui rêvent du reste. C'est pourquoi elle collectionne toutes les déclinaisons de l'espérance comme les enfants collectionnent les talons de ticket. A ses yeux, l'espoir est tissé de désirs inassouvis. (…)
Voilà donc Akhila. Quarante-cinq ans. Sans lunettes à verres rosés. Sans mari, ni enfant, ni foyer, ni famille. Rêvant d'évasion et d'espace. Avide de vie et d'expérience. Brûlant d'aller à la rencontre des autres. (…) »





C'est un livre qui m'a véritablement touché, en l'absence de toutes contraintes et en toutes libertés ses femmes vont livrer leurs pensées dans le huis clos de ce wagon qui leur est réservé.
J'ai été séduite par sa beauté et sa simplicité. L'atmosphère est prenante, tendue et envoutante, elle est si bien servi par une écriture simple et efficace qu'à ma grande surprise je me suis retrouvé projeté dans ce train, écoutant au porte du wagon leurs confidences.
Et pourtant au début j'avais trouvé la ficelle dramatique animant le récit un peu grosse, la mise en scène trop visible et si peu dénué de naturel. Puis, peu à peu, je me suis laissé prendre au jeu, appréciant de plus en plus sa construction en puzzle. Les destins de ses femmes bien que différents se croisent et s'entrecroisent faisant écho autour de la place de la femme dans la société indienne et l'évolution des mœurs dans les dernières années. Mine de rien le poids des traditions et les coutumes ont beau être différents d'un pays à l'autre, il y a dans ses propos de femme une certaine universalité.

Malgré tout ne vous y trompez pas ce n'est pas un livre pro-féministe, c'est simplement un roman mettant en scène des destins de femme toutes différentes mais que les difficultés rapprochent.
De plus, je suis vraiment contente d'avoir abordé le nouveau thème par son biais ; en plus d'être vraiment agréable à lire ce livre est une bonne façon d'appréhender au travers de la littérature une partie du fonctionnement de la société indienne de ses codes, de ses contraintes, de ses apriori, les rapports entre religion et caste… etc

Je sais bien que ce livre ne sera pas un coup de cœur pour tous peut-être ne le mérite-il tout à fait mais ne dit-on pas que le cœur a ses raisons que la raison ignore, moi je vais le suivre...

Ma note : 5/5




Anita Nair/ Photo tiré du site Pondichery.com

Publié dans Littérature de l'Inde

Commenter cet article

Florinette 17/05/2009 18:15

J'ai beaucoup aimé ce livre qui traite de l'émancipation d'une femme indienne. Une bien belle découverte !