L'âme des guerriers d' Alan Duff

Publié le par Hélène

L'âme des guerriers d' Alan Duff

édition Babel / 309 pages







Chronique familiale au pays des long nuages blancs, la Nouvelle-Zélande, là, dans la Cité des Pins vit la famille Heke maori descendant d'esclave. Cela aurait pu être une famille comme les autres, heureuse mais la violence dans les rues de la Cité n'est finalement que le prolongement d'une violence plus profonde, d'un désespoir qui imprègne jusqu'au plus profond des hommes. Alors quand l'espoir manque chacun cherche un réconfort, l'alcool, la drogue, la violence... etc
Dans la famille Heke, il y a la mère Beth qui boit, le père Jake violent qui boit et qui dans ses nombreux excès de colère la frappe, le plus jeune fils placé dans une institution, un autre qui n'a pour seul ambition que de faire partie d'un gang, d'autres enfants plus jeune... et puis il y a Grace la fille ainée, treize ans à peine, violé, que sa solitude va pousser au désespoir.
Ce drame a l'effet d'un électrochoc sur Beth qui va désormais mettre son énergie au service des enfants et des adultes de la Cité...




Il y a dans chaque acte désespérer un cri de détresse, ici le vacarme est assourdissant.
 J'ai trouvé ce livre terrible, terrifiant, violent, angoissant mais finalement après y avoir réfléchit le plus dur dans la lecture de ce roman ne réside ni dans l'histoire, ni dans son écriture, cela se niche plus dans la certitude que nous avons en tant que lecteur de la possible véracité de cette histoire. Cela pourrait-être vrai et c'est d'être placé devant cette réalité de la violence ce qui fut le plus difficile pour moi.
Il y a des livres qui vous bouleverse par la force qu'il porte en eux, sa force à lui est de témoigner, de révéler la lente érosion d'une culture, la descente au enfer de son peuple tout en laissant pointer sur la fin une petite lueur d'espoir...

Ma note :
5/5 (parce qu'il est si rare qu'un livre me bouleverse à ce point)



Alan Duff

Commenter cet article